AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Trois fois rien.. à l'ancienne. [PV Matt & Demyx ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Kaori A. Rozen
{ Wicked Brier Princess; <3

avatar

Messages : 234
Date d'inscription : 29/11/2009

Feuille de personnage
Arme: Cristal -une épée-
Niveau:
20/99  (20/99)

MessageSujet: Trois fois rien.. à l'ancienne. [PV Matt & Demyx ] Dim 13 Déc - 2:42

Le hurlement acharné d'une bête-loup résonnait telle une alarme dans toute la région bordant Midgar. Les étoiles s'éteignaient une par une, laissant le ciel avoir pour seule compagnie une lune attristée. Eclairée par la faible intensité de lumière de cette nuit fraîche, une ombre défilait gracieusement, telle celle d'un esprit défunt. Pourtant, si sa silence et sa discrétion relevaient de celle d'une apparition, elle était bel et bien faite de chair et d'os, pouvant être transpercée par n'importe quelle lame, tout comme elle-même transperça jadis le corps de sa soeur jumelle.

Le macabre événement qui marqua sa vie avait sûrement eut un effet néfaste sur ses projets actuels, car comme sans aucun regret, elle poursuivait les crimes d'une indifférence impériale. L'épée aux couleurs pures et angéliques n'était pas servie à bon escient, conçue pour protéger, elle était détournée de son but. Ou disons qu'elle n'était pas seulement utilisée que pour protéger, elle éliminait surtout tous les obstacles qui se trouvaient sur son chemin. Le loup des bois que la belle avait rencontré au cours de son voyage vers la ville de Midgar ne faisait que rejoindre la liste des êtres dont le sang souilla son arme souveraine; pouvait-on encore dire qu'elle ne faisait que preuve de gentillesse en mettant fin aux vies de vermines d'un coup sec? Car la pauvre bête en question agonisait et attendait avec souffrance son heure de mort. Chacun sa vision du mot 'gentil' après tout.

Après ces kilomètres de paysage parcourus à pied, Kaori atteignit enfin cette ville aux deux facettes, comme à son égérie, elle qui se montrait tantôt douce et compatissante tandis qu'elle se révélait hautaine et sans pitié pour d'autres. Ses pays inhabituellement hésitants grinçaient sur la route parsemée de cailloux et de roches abîmées, formant ces fameuses ruines affligeantes au regard. Midgar... Et ses semblants d'ombres de vie parmi ce règle de désolation. Midgar, et l'ombre blanche qui y pénètre.

La pluie s'abattait sans relâche sur cette partie de la ville, c'était comme une malédiction. Les gouttelettes pourtant si faibles et si insignifiantes à elles-seules pouvaient inonder toute une maison (ou le semblant de maison que l'on pouvait apercevoir) les jours de tempête infâme. La Reine des Pluies devait bien s'installer quelque part après tout. En tout cas, Kaori, insensible, avançait parmi ces débris, cheveux ondulés cachés par une cape couleur crème; cape en coton qui ne la protégeait pas vraiment de l'averse finalement, comme toujours d'ailleurs. Voilà encore qu'elle allait attraper froid. C'était comme un rituel à chaque nouvelle pluie, elle ne pleurait pas avec mère Nature, mais elle acceptait d'attraper froid comme en compensation de tous les odieux massacres que l'on dénombraient durant les courtes dernières années. Et qu'importe, le danger était partout de toute façon. L'ombre de la mort côtoyait avec ironie la dite ombre blanche qui lui était attribuée. Elle, légère, donnant l'illusion de flotter parmi les flaques d'eau au milieu des personnes vivant dans ces lieux délabrés... Pouvait-elle avoir l'audace de déclarer qu'elle était une lumière dans ces ténèbres? Elle dont le simple nom sonnait comme le chaos.

Deux autres ombres. Les rencontres hasardeuses sont toujours les bienvenues. Trois ombres, trois voix. Trois fois rien.. à l'ancienne.


Dernière édition par Kaori A. Rozen le Lun 11 Jan - 0:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esplumoir.forumactif.org/
Matt

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 06/12/2009

Feuille de personnage
Arme: Toutes sortes d'armes
Niveau:
20/99  (20/99)

MessageSujet: Re: Trois fois rien.. à l'ancienne. [PV Matt & Demyx ] Dim 13 Déc - 12:39

    Le corps leste d’une ombre intangible s’avançait dans la si belle ville qu’était Midgar. Mon ombre, mon corps. C’était ainsi que je voyais mes mouvements, tantôt légers, tantôt lourds. Mes choix influaient sur cette façon si naturelle que j’avais de me déplacer. L’esprit de la nature semblait ordonner à la pluie de s’abattre sur cette ville, comme si une malédiction y avait été jeté et cela me rendait… triste. La partie de Midgar dans laquelle je m’étais infiltré se trouvait être la partie sur laquelle aucun cataclysme ne s’était abattu, mais qui était bel et bien inondé par les gouttelettes du ciel. Ma main caressait tristement la pierre de marbre d’une maison qui commençait à peine à tomber en ruine. Les passants me jetaient des regards affolés, sûrement dû à mon accoutrement plus qu’étrange. Je portais une cape marron clair, en tissue. La capuche qui trônait sur ma tête me donnait un air de malfrat. Ou alors était-ce la nature de mon apparition qui les effrayaient ? J’étais apparu d’un coup, caressant cette pierre sans y être la seconde d’avant.

    D’un coup, je me décidai à me lever. Mon mouvement fut lourd, pour montrer un certaine maladresse que je n’avais pas aux gens qui m’entouraient et leurs faire baiser leur garde. J’étais là pour quelque chose d’important, une mission. J’avais décidé de prendre cette mission car je m’ennuyais, et pas parce qu’elle me paraissait intéressante. Des fouilles, il y en avait des centaines et des équipes spécialement conçus pour la recherche auraient pu y aller, cependant aujourd’hui j’avais envie de bouger. Une seconde s’écoula avant que je ne bouge, mécaniquement je pris une allure lente et maladroite, comme celle d’un homme saoul. Mes yeux furent tout à coup attirés par une personne qui semblait… fuir ? Oui, c’était le mot, elle semblait fuir quelque chose, mais quoi ? Tout à coup, l’inconnu se retourna et dévoila à mes yeux son identité. C’était une des personne recherchés par la section terrorisme. Je n’aurais pas dû m’en charger mais comme il était à porter de main… Marco Dixiel, c’était une personne qui avait entendu parler de nos projets de la bouche d’un traître que je m’étais moi-même chargé d’éliminer pour le bien de notre confrérie. Seulement à présent j’allais devoir commettre un meurtre de plus, qu’elle tristesse. Quelle arme devrais-je utiliser ? Une pierre ne laisserait pas assez de trace pour faire peur aux gens, une épée cependant me ferai passé pour n’importe quel assassin… Oui, quelle tristesse, j’allais devoir me salir les mains littéralement. Je m’avançai doucement vers l’homme au visage effrayé, tout doucement l’ombre de mon corps s’approchait avec une légèreté déconcertante pour n’importe quel humain.

    Tout à coup je me rendis compte que nous étions dans les ruines de la ville de Midgar. La seconde facette, décidément je ne prenais plus la notion de distance lorsque j’étais absorbé par ma mission. Le corps sans vie de l’homme que je devais assassiner traînait par terre, tel le déchet humain qu’il était. J’éclatai dans un grand rire sincère en voyant le visage ahuri de cet homme mort, décidément les missions de ce genre étaient d’une simplicité enfantine. Pourtant ce n’était pas pour cette raison que moi, Matt, était venu dans cette ville. J’avais pour mission de rechercher tout objet pouvant toucher à mon sujet de recherche dans cet endroit.

    Mon regard s’attrista tout à coup, je passai mes mains sur les yeux de l’homme pour fermer ses paupières. Puis d’un geste leste de la main, je couvris le corps de l’inconnu avec ma cape, découvrant ainsi mon visage pâle et mes yeux embués. Cette personne possédait des yeux noirs et des cheveux jais. Je ne pleurais pas, mes yeux étaient embués car une goutte de sang s’était posée au dessus de mon œil droit et le gauche réagissait à son jumeaux. Mes yeux d’un bleu profond dans cette situation semblaient être devenus ceux d’un meurtrier. La présence d’une personne m’apparut tout à coup, une présence que je connaissais bien. Je souris de toute mes dents en nettoyant d’un coup la tâche de sang grâce à l’eau de pluie qui avait coulée sur mon bras. Puis d’un geste vif de mes jambes, je sautai en oubliant derrière moi le corps couvert par ma cape. Mon collier bougeait au gré de mes mouvements et mon T-shirt blanc, mouillé par la pluie, laissait ressortir ma musculature bien définie. Puis, toujours dans le même esprit de légèreté, je sautai sur la personne dont j’avais senti la présence et m’exclama avec un sourire radieux sur les lèvres :

    - Comment ça va, Rose ?

    Mon ton était plutôt familier mais plein d’entrain de plus j'avais utilisé le pseudonyme de mon amie. J’étais aussi une toute autre personne que celle qui venait de tuer une personne en l’étranglant à main nue. Mais ici, je n’étais pas le seul à sentir la mort, mon amie aussi sentait la mort à plein nez. Elle sentait la mort autant que la pluie laissait s’écraser à terre les fines gouttelettes de pluie sur la ville de Midgar.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori A. Rozen
{ Wicked Brier Princess; <3

avatar

Messages : 234
Date d'inscription : 29/11/2009

Feuille de personnage
Arme: Cristal -une épée-
Niveau:
20/99  (20/99)

MessageSujet: Re: Trois fois rien.. à l'ancienne. [PV Matt & Demyx ] Lun 21 Déc - 4:01

[ Eum, je pense qu'on va continuer sans Moon finalement é.è ]

Deux ombres, certes. Kaori semblait les distinguer, et alors, d'une maladroite certitude, elle se dirigea vers l'une d'entre elle. L'ombre s'était évanouit, peut-être n'était-ce que son imagination. D'un soupir disgracieux, elle s'accroupit, prenant dans ses mains, qui devenaient petit à petit rouges -meurtries par un froid hivernal-, un caillou sauvagement taillé, essuyé à l'instant par une pluie à l'humeur indifférente. La fine goutte d'eau qui dépoussiéra la brute pierre semblait dessiner comme une larme sur ce bout de terre... Les larmes de Midgar.
Toujours accroupie, contemplant telle une ignorante les milliers de roches qui formaient ces chemins inégaux et dangereux, la jeune dame fredonnait une mélopée macabre, enivrante. Un espèce d'air comme pour attirer l'autre ombre qu'elle avait perdu de vue il n'y avait pas encore cinq minutes. Mais n'aimant pas perdre son temps à accomplir des recherches futiles, elle se contentait d'attendre, et de chantonner comme on sifflerait pour appeler son chien. Non pas qu'elle considère ses camarades comme des animaux, mais après tout, ne voyez-vous pas parfois les personnes les plus proches de vous comme de simples outils? Quel mal y avait-il à avoir de telles malsaines pensées. Elle les utilisait. Mais ils l'utilisaient. Ne doit tirer que celui qui accepte d'être tiré dessus.

Enfin, il semblerait qu'il tombait dans son piège. Lentement, elle se redressait, jetant vulgairement le caillou dans une flaque d'eau, ce qui éclaboussa sa cape de toute façon déjà trempée et hors d'usage. Ou alors, c'était elle en réalité la victime, car son réflexe étant trop lent, elle ne calcula pas assez rapidement l'arrivée précipitée de la dite ombre. 3. 2. 1. Et le voilà qui sautait d'un enthousiasme anormal, elle tenta de faire un pas sur le côté pour l'éviter, mais trop tard.

« 2 secondes, 41 centièmes de trop.. Bonjour Tsu'. »

Une voix parfaitement neutre, un regard qui ne trahissait nullement ses émotions, une posture droite et irréprochable, telle un automate. Qu'était-ce donc cet accueil? Un reproche à sa propre personne, au nouveau venu? Une démonstration de l'étendue de son ironie? Un signe de reconnaissance de défaite? Ses messages étaient difficiles à déchiffrer. Et encore, y avait-il vraiment un sens derrière ses paroles...

« Tu es le premier à savoir que je déteste qu'une infime goutte de sang se dépose sur ma précieuse cape... Bien sûr que je vais bien. »

Paradoxes, contradictions. Non pas qu'elle adorait tuer, même si la passion qui l'animait dans les combats démontrait que c'était le cas. Non pas qu'elle se souciait de ses vêtements, encore heureux, s'il fallait se préoccuper de tous ces détails, elle n'aurait pas fini d'élucider toutes les impuretés de son visage et de ses vêtements que le groupe serait déjà dissout. Non pas qu'elle aille bien ou non.. Tout n'était qu'une question de temps. Et enfin, un sourire se dessina sur son visage, trahissant son humeur quant à la vision de son complice. Alors, rapidement, elle tourna la tête, car elle n'aimait que son visage soit éclairé et qu'on ait des preuves concrètes de ses réelles pensées, surtout de la part de Math, qu'elle savait espiègle.
Une fois ce léger sourire chassé, elle exprima une pseudo-lassitude d'un bref soupir, et s'approcha, insensible, de cet individu qu'elle connaissait par coeur. Et pourtant, à ce moment précis encore, elle ne savait rien de son passé. Elle n'avait pas besoin de savoir. Qu'importe qu'elle ne sache rien de ses antécédents, nul n'avait besoin d'avoir vu les sources pour comprendre le présent. Ne faisant preuve d'aucune délicatesse, et se haussant légèrement sur la pointe des pieds -car malheureusement pas assez grande-, elle plaqua sans prévenir sa main contre son front, de quoi tuer une mouche d'un coup sec. Il n'en était rien.

« Pas de fièvre apparente.. Santé physique normale; santé morale déplorable.. Bizarre, rien à signaler. Que fais-tu là? J'espère que tu ne viens pas me conter tes déboires amoureux. »

Car Kaori aussi savait quitter son sérieux habituel et taquiner ses proches. Rien de bien méchant. Elle avait bien le droit à une petite pause après tout non? Encore 5 minutes de détente. Ou plutôt, plus que 5 minutes de détente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esplumoir.forumactif.org/
Demyx

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 20/12/2009
Age : 27

Feuille de personnage
Arme: Arpeggio (sitar)
Niveau:
13/99  (13/99)

MessageSujet: Re: Trois fois rien.. à l'ancienne. [PV Matt & Demyx ] Mer 30 Déc - 5:29

Dépassé, un jeune homme errait entre les monceaux de ruines qui composaient cette partie de la ville. Midgar, mais il l'ignorait. Vêtu d'un long manteau noir dont il avait rabattu la capuche pour se protéger de la pluie, silhouette anonyme, on ne pouvait distinguer son visage; tout au plus pouvait-on juger de son âge sa stature et par la vigueur de ses pas. Demyx ne cherchait pas nécessairement à dissimuler son identité, après tout, il ne connaissait personne ici, personne dont il aurait eu à se méfier. A vrai dire, il ne connaissait même pas le lieu où il se trouvait.

Le n. IX s'était éveillé dans une grande pièce immaculée, seul. Son dernier souvenir étant son combat contre l'Élu de la Keyblade, il avait passé quelques minutes à essayer de se remémorer ce qui avait pu le conduire ici, dans ce qu'il lui semblait être la Chambre Blanche du Manoir Oblivion. Comme rien ne lui était venu, il avait fini par hausser les épaules. L'explication la plus plausible était qu'il avait du ouvrir in extremis un couloir obscur avant de perdre connaissance. Demyx s'était donc relevé, avait pris le soin de lisser les pans de son manteau.

Les choses s'étaient compliquées lorsqu'il avait essayé, à nouveau, d'emprunter un couloir obscur pour rejoindre Illusiopolis et faire son rapport à Saix. En effet, le jeune simili s'était retrouvé dans un endroit qu'il n'avait absolument pas reconnu : une forêt peuplée de grands arbres, un bord de lac où chaque élément du décor se reflétait avec précision, comme s'il s'était s'agit d'un immense miroir. Effaré, Demyx avait tourné en rond pendant une quinzaine de minutes, se demandant avec angoisse s'il n'était pas ressorti plus amoché qu'il ne l'avait imaginé de son combat contre Sora et ses deux acolytes. Pourquoi le couloir obscur l'avait-il conduit dans cette forêt plutôt qu'à la forteresse de l'Organisation ? Incapable de trouver une réponse à cette question, incapable même d'émettre ne serait-ce que la moindre petite supposition, il avait chassé toute préoccupation de son esprit et avait retenté l'expérience.

Et avait atterri dans cette ville curieuse, sous une pluie battante. Demyx détestait la pluie autant qu'il détestait les missions trop difficiles, et ce fait lui apparut donc comme particulièrement de mauvaise augure. Où était-il ? Il ne connaissait pas ce monde, il n'avait jamais vu cet endroit.

A présent, le simili s'était figé. Il avait relevé la tête et avait aperçu, au-delà des ruines, des bâtiments neufs, des lumières, de l'animation. Il ne comprenait pas exactement pourquoi, mais il lui sembla que ces bâtiments et ces ruines formaient un ensemble, une même ville. D'ailleurs, ici aussi, il régnait une certaine animation. Un soupir s'échappa de ses lèvres. Tout ce qu'il voulait, à présent, c'était rentrer chez lui, rentrer à Illusiopolis. Que n'aurait-il pas donné pour trouver l'un de ses camarades sur l'instant, même s'il devait s'agir de Larxene ou Marluxia. Il était désorienté, n'avait pas la capacité de jugement nécessaire pour trouver une solution. Sûr que si Vexen ou Zexion s'étaient retrouvés à sa place, ils y auraient posément réfléchi et auraient même fini par résoudre le problème. Mais Demyx, lui, c'était l'idiot du groupe, celui qui avait mal à la tête rien qu'à l'idée de réfléchir. Il reprit sa marche, la tête vide.

Lorsqu'il s'arrêta à nouveau, il ne se rendit pas d'abord très bien compte que ce qui l'y avait poussé. C'est alors qu'il se rendit compte qu'il regardait fixement un couple qui se tenait non loin de lui, 3-4m environ. Son instinct. Ces deux personnes, il le sentait bien, différaient des passants lambdas. En fait, le genre de personnes dont le simili garderait l'apparence et la personnalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heralia.deviantart.com
Matt

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 06/12/2009

Feuille de personnage
Arme: Toutes sortes d'armes
Niveau:
20/99  (20/99)

MessageSujet: Re: Trois fois rien.. à l'ancienne. [PV Matt & Demyx ] Mer 30 Déc - 13:20


    Paraître insensible... quel barbe ! Ne voulant pas montrer ses émotions, ma Kaori mettait toute son âme, ou du moins ce qu'il en restait, à cacher les quelques petites choses qui pourraient dévoiler son état. Un froncement de sourcil, un pincement de lèvre, un sourire en coin ou toutes ces choses qui, jadis, auraient été si naturelles à faire. Moi-même je n'aurais pas dû pouvoir cacher toutes mes appréciations au regard du monde, seulement j'étais plus habitué que ma si précieuse Rose. J'étais à présent attaché - physiquement car mentalement ça faisait déjà bien longtemps - à elle. Elle dit quelque chose que je n'attrapai que quelques secondes plus tard. Ainsi avait-elle déjà fait le calcul de la distance qu'aurait dû faire un ennemi pour m'éviter ? Mais... pourquoi ne pas avoir remarqué que j'avais ajusté ma position dans les airs, tel l'oiseau qui vire sur sa proie. Kao-chan ne pouvait pas être comparée à une proie ! Ainsi cette idée sortie de mon esprit embué par la tristesse de cette pensée. Je la regardais avec un regard emplie de tendresse, un regard que je ne pouvais accordé qu'à elle, quand nous étions tout les deux. Ma main voulait caresser tendrement le visage de mon amie, tel une marque d'affection qu'un grand frère aurait donné à sa petite-soeur. Je m'abstins cependant, doutant grandement que Kaori en soit satisfaite. Puis elle parla de sang... de sang ! Mais mon corps n'avait pas été souillé par une seule goutte de sang ce jour là ! Enfin, quoique... cette coupure à la joue... d'où venait-elle déjà ? J'étais sûr de ne pas l'avoir quelques minutes plus tôt... Sûrement lorsque j'étais passé près de ce rocher, ayant la " flemme " de l'éviter, j'avais laissé une infime et exquise douleur prendre possession d'une partie assez mince de mon anatomie. Mais cet homme dont le cadavre gisait quelques mètres plus loin, couvert par la cape que j'avais laissé n'avait pas saigné une seule seconde, étranglé lestement pas mes mains aux doigts si fins. Ou du moins, il y gisait quelques secondes plus tôt car, à présent, l'odeur cadavérique avait disparu. Cet escouade morbide était toujours aussi efficace qu'elle m'en donna des frissons. Comme toute bonne organisation, nous avions nos récupérateurs de cadavres ! Ainsi, pour éviter qu'une quelconque magie psychique puisse prendre les informations dans le cerveau du défunt, nous utilisions des " soins " chirugicaux pour empêcher qu'un de nos secrets, quelle qu'il soit, échappe à notre autorité.

    Cette escouade... il m'aurait plu d'en faire partie, mais apparemment je n'étais pas assez fin et la vue constante du sang ne m'allait pas... elle semblait me détraquer, dans certains cas. Comme un souvenir lointain, je me rappelais de cet évènement. La douce odeur du sang qui m'ennivrait, il avait fallu l'intervention de seize gardes pour me faire revenir à moi. Heureusement, j'étais de bonne humeur ce jour là ! Aucun mort de ma part ! J'étais fier de moi, mais ce souvenir était génant, il ne fallait que personne ne me voit comme ça. Ainsi, avant qu'ils n'eurent le temps de rapporter ceci aux autres, je leur ordonnai de partir en mission. Un monstre capable d'effacer la mémoire, je leur demandai de l'éliminer, et ils perdirent tous une partie de leur si effroyables souvenirs. Lorsqu'ils revinrent j'étais presque hilare, mon plan était si simple qu'il avait marché à la perfection. Mais ça ne me ressemblait qu'à une certaine époque. Aujourd'hui, j'étais plus puissant, et la vue du sang ne provoquait plus d'effets secondaires sur moi. Mes mains, de même, n'étaient pas tâché de sang à cet instant... elle sourit ! Kao-chan sourit ce qui me sortit de toutes mes rêveries. Je lui jetais un regard malicieux, mais elle détournait déjà le visage pour reprendre une expression neutre. L'odeur de la mort nous quittait peu à peu, même si elle restait infiniment constante. Une présence se dessinait à l'horizon, je fronçai les sourcils mais fit mine de ne pas y faire attention. Ce nouvel inconnu avait utiliser quelque chose nommé : Les Couloirs des Ténèbres. Ce n'était donc pas un habitant de ce monde, sûrement une personne que cette chose avait amené ici. A présent, j'étais quelques peu contrarié, si bien que la remarque de Kaori faillit me passer au dessus de la tête, mais j'eu juste le temps de l'attraper pour en rire. Je répondis alors sur un ton amusé :

    - Il n'y a aucun déboire amoureux de mon côté ! Mais toi, n'as-tu pas trouvé un petit ami ? Tu devrais te mettre à en chercher un ! C'est important !

    Ou du moins, ça le serait quand elle en aurait le temps. Mais du moment qu'on le prennait, on avait toujours le temps. C'était ma vision des choses, de cette manière je n'étais pas constamment bloqué par mes obligations. Mon regard se porta sur la silhouette qui se dessinait à l'horizon. Homme d'une vingtaine d'année, les cheveux affreusement mal coiffés, les yeux bleus, un visage plutôt enfantin et un air perdu. Il ne devait pas être là depuis bien longtemps, mais ce n'était pas un candidat potentiel pour appartenir au Conseil d'Adieu. Si il avait rencontré un membre moins sympathique que moi-même ou Kao-chan, il serait sûrement déjà mort sous peine qu'ils aient compris qu'il venait d'un autre monde. Pourquoi donc ? Parce que personne ne se serrait inquiété de sa mort, c'est ça qui était amusant ! Quoique, certaines personne restaient pour voir le visage désespéré des personnes qui venaient de perdre un être chèr, quelque chose que je n'avais jamais fait... A essayer ! Pourquoi pas. Je fis un signe à Kaori, un clin d'oeil vers le droite pour lui indiquer que quelqu'un était là, même si elle le savait certainement déjà. Tsss... les ténèbres n'étaient décidément pas réconfortantes, j'aurais pu en vomir. Malgré tout, cet être ne sentait pas comme les ténèbres, c'était plutôt un être qui faisait parti de la lumière. Beurk ! J'allais pas resté longtemps ici, à moins que Kao-chan ne veuille s'amuser. Je lui lança un regard amusé et lui annonça :

    - Cette personne n'est pas de ce monde, si tu veux t'amuser avec lui... à toi l'honneur ! Mais s'il te plaît, ne le tue pas !

    J'avais rajouté ce dernier bout de phrase avec un sérieux déconcertant pour certaine personne, mais elle y était habitué. Celà signifiait que je ne voulais pas qu'il meure, et que je serais certainement vexé si il venait à être assassiner. Mais certaines questions pouvaient se soulever dans l'esprit de Kaori après de tels mots. Comment savais-je qu'il était d'un autre monde ? Et pourquoi ne pas le tuer ? Mes réponses à ces questions, je ne les possédais peut-être pas moi-même. Mais je connaissais la nature des ténèbres, c'est pour cette raison que j'étais capable d'identifier les couloirs des ténèbres, sans pour autant les avoir utiliser un jour. Mes yeux se remirent à pétiller tout en attendant que mon amie aille à la rencontre de cette brebis égarée. Quatre minutes ? Non, trois à présent ! Mais allait-on avoir une rallonge avec l'arrivée de ce nouveau " protagoniste "... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori A. Rozen
{ Wicked Brier Princess; <3

avatar

Messages : 234
Date d'inscription : 29/11/2009

Feuille de personnage
Arme: Cristal -une épée-
Niveau:
20/99  (20/99)

MessageSujet: Re: Trois fois rien.. à l'ancienne. [PV Matt & Demyx ] Jeu 31 Déc - 1:09

Et toujours ce jeu incessant. Ce silence, ces quelques regards échangés, ces émotions cachées... Mais Kaori avait beau être la meilleure des actrices -pouvant même pleurer sur commande, quel beau métier « pleureuse » n'est-ce pas ?-, elle pouvait blesser de sang froid son camarade et lui dire ô combien elle le haïssait, rien n'y ferait, lui comprendrait toujours son jeu. C'était presque frustrant, en fait, elle qualifierait même de 'vexant' de le savoir incollable à son sujet, impossible de lui cacher quoi que ce soit, et encore que parfois, il feintait l'ignorance pour lui donner raison. Quoique le contraire était aussi valable, car la maligne devinait les gestes de son complice et les raisons qui se cachaient derrière. C'était un jeu. Mais poussé trop loin, elle devenait aveugle devant l'évidence même...

« Un petit ami? (-un esclave, veux-tu dire-, pensait-elle dans son fort intérieur) Si ce n'est pour faire les courses, je ne vois pas trop en quoi cela est important.. Ah si. Les tâches ménagères. »

Un esclave en somme, se répétait-elle à voix basse comme pour tenter de se convaincre elle-même. La jeune téméraire voulut continuer son discours sur toutes les dites qualités dont un homme pouvait être fier, mais son corps se figea littéralement. Ils n'étaient pas seuls, elle avait ces frissons dans le dos, percevant cette désagréable sensation d'être observée. La même qu'elle infligeait à ses victimes. C'était le fameux mauvais pressentiment avant une attaque, cette seconde de panique ou un choix s'imposait : la fuite, ou la confrontation? Enfin, dans son cas, la question ne se demandait même pas, sa fierté était bien trop grande pour fuir dans l'opprobre la plus totale, sans même connaître l'ennemi.
La seconde qui suivit, alors qu'elle voulut prévenir son camarade de la présence d'un étranger, Matt la devança en lui indiquant d'un clin d'oeil qu'il avait repéré ce dernier. Etait-il le plus rapide par ce geste, ou était-elle victorieuse d'avoir pu déceler une compagnie indésirable ? Lorgnant du coin de l'oeil l'inconnu qui se terrait à quelques mètres, on put alors lire un espèce de sarcasme dans ses yeux noisettes. Pas de plan discrétion cette fois-ci alors, étant donné la phrase qu'il prononça à voix haute ensuite, sans se donner peine à se camoufler... Il fallait dire qu'à eux deux, ils ne craignaient pas grand chose de toute façon. Au pire, leur invité finirait au cimetière, avec une moitié de crâne perdue, des yeux déformés par la terreur presque sortis de leurs orbites, peut-être une séance de démembrement. Peut-être pas au cimetière d'ailleurs, mais dans les ruines de cette vieille Midgar, et il se ferait dévorer les boyaux par les reptiles qui passeraient. Ce n'était pas très grave. Mais heureusement pour lui, Kaori était de « bonne humeur », et n'avait pas d'idées aussi 'spéciales' qui perturbaient son esprit à ce moment-là. Et puis, il avait spécialement fait la requête de le laisser en vie. Qu'il en soit ainsi.

Voilà donc qu'elle se mettait en route vers la pauvre victime, qui devait avoir compris qu'elle n'était plus à l'abri. D'après son acolyte, la personne venait d'un autre monde.. C'était donc un de ces quelqu'uns qui avaient atterris comme par magie sur leur très belle île. Ils n'étaient cependant pas la bienvenue, cette arrivée n'était qu'une erreur de manipulation de leur part, manipulation qui devait rester secret coûte que coûte. Or les nouveaux individus allaient tôt ou tard se mettre en quête de la vérité, voire même vouloir rentrer dans leur monde natal. Malheureusement, ce n'était guère possible...
Il ne fallut pas une éternité pour traverser ces quelques mètres qui les séparaient du visiteur, et voilà qu'il se retrouvait face à face. Sourire narquois et regard malicieux, elle n'était pas contre s'amuser un peu, s'amuser à sa manière bien sûr. Quoique.. il n'y avait pas vraiment de différence entre son travail normal et ses jeux. Ses passe-temps étaient toujours accompagnés d'une bonne marmite de sang... Cette odeur nauséabonde dont elle s'était habituée au fil du temps. La première fois, ce liquide lui donnait des nausées et soulevait en elle un dégoût incomparable. A présent, le sang frais dégoulinant des cadavres était marque de satisfaction. Et puis, Matt avait précisé de ne pas l'achever, aucune interdiction de torture n'avait été mentionnée. Mais...

A la vue de ce visage et de la coiffure ridicule de la personne qu'elle découvrit, Kaori ne put s'empêcher d'entrer dans un fou rire effrayant. Littéralement tordue en deux, elle avait presque mal au ventre tant le visage aperçu était comique. D'où sortait-il celui-là? D'un film d'horreur raté et qui en fin de compte faisait plus rire avec l'allure de clown que peur? S'il fallait décrire la scène d'une façon imagée, on verrait alors une jeune femme cachant ses yeux et riant de bon coeur, pointant un doigt sur le pauvre ringard, ébahi devant la situation -et un poteau à côté qui observait la situation incrédule-. Impossible de l'arrêter, c'était juste trop drôle.

« Haha quel est ton nom? Hahaha.. Je ne m'étonne pas de l'assurance de Matt quant à ton origine étrangère ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esplumoir.forumactif.org/
Demyx

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 20/12/2009
Age : 27

Feuille de personnage
Arme: Arpeggio (sitar)
Niveau:
13/99  (13/99)

MessageSujet: Re: Trois fois rien.. à l'ancienne. [PV Matt & Demyx ] Mar 5 Jan - 2:10

C'est seulement quand ces deux personnes firent clairement voir que sa présence avait été remarquée que Demyx prit conscience de l'incongru de son attitude. Il n'avait même pas songé un seul instant à se dissimuler. Rien ne lui disait, après tout, qu'il ne risquait rien dans ce monde qui lui était inconnu. Peut-être que malgré ses intentions pacifiques, on chercherait à l'attaquer. Peut-être que ces deux personnes auxquelles il s'était si imprudemment dévoilé étaient des ennemis de l'Organisation. Demyx soupira et voulut se passer, dans un geste somme toute habituel, une main dans les cheveux. Lorsque sa main gantée ne rencontra que le tissu humide de sa capuche, il se rendit compte qu'il était toujours à visage couvert, ce qui pouvait être mal interprété par les deux inconnus. Son bras resta un moment stupidement en l'air, hésitant. S'il retirait sa capuche, sa coupe de cheveux en pâtirait atrocement, vu l'intensité de l'averse. Le jeune homme finit cependant par s'y résigner et se dévoila donc, une expression neutre sur le visage. Ses cheveux, en bataille, se dressèrent un court moment, avant de retomber platement, lourds de pluie, lui faisant secouer vivement la tête, à la manière d'un chien mouillé.

Quand il vit s'approcher la jeune femme, Demyx ne bougea pas, mais se tendit tout de même, sur ses gardes. L'eau de pluie ruisselait sur son visage rond, juvénile, formait de grosses gouttes à l'extrémité de ses cils et au bout de son nez. Le bleu de ses yeux ne reflétaient rien d'autre que l'absence de pensées; il semblait simplement attendre de voir ce qui allait se passer. Nul doute que pour tout éventuel adversaire il devait avoir l'air d'une blague. De plus rien d'agressif ne semblait émaner de lui; passif. Bientôt, elle s'arrêta face à lui, un sourire narquois sur les lèvres. Il n'eut guère le temps de se poser plus de questions sur ses intentions, cependant, car elle éclata aussitôt de rire. Le simili ouvrit de grands yeux. Se moquait-elle de lui ? Visiblement, oui. Vexé, il passa, dépité, les doigts dans ses cheveux. C'était à cause de la pluie. D'habitude, il avait beaucoup plus de panache.

"Hey ..." grommela-t-il en guise de protestation, tout en croisant les bras, ne voyant rien de mieux à faire.

« Haha quel est ton nom? Hahaha.. Je ne m'étonne pas de l'assurance de Matt quant à ton origine étrangère ! »

Visiblement, elle avait du mal à mettre un terme à son hilarité; même son compagnon semblait quelque peu incrédule face à la crise de rire de son amie. Quant au simili, il ne voyait vraiment pas ce qu'il y avait de si drôle dans son apparence.

"Ce n'est pas très aimable de se moquer ainsi de moi. Je m'appelle Demyx." répondit-il, arborant désormais une expression boudeuse. C'était après tout quelqu'un de simple, il était aisé de lire en lui. "Et non, je ne suis pas d'ici. Je ... Je suis un peu perdu à vrai dire, je n'arrive plus à regagner mon ... monde."

S'il avait quelque peu hésité sur le dernier mot, c'est qu'il n'était pas sûr que l'on puisse qualifier Illusiopolis de monde au sens propre du terme. Mais plutôt que de se lancer dans des explications longues et probablement inutiles, il avait préféré le dire comme ça. Il n'était d'ailleurs pas bien sûr de ce qu'il avait le droit de révéler sur la forteresse de l'Organisation. Mais hé, ce n'était pas de sa faute, Xemnas ne s'était jamais montré très clair à ce sujet !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heralia.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trois fois rien.. à l'ancienne. [PV Matt & Demyx ]

Revenir en haut Aller en bas

Trois fois rien.. à l'ancienne. [PV Matt & Demyx ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Destinies :: - Île du Destin - :: 
Midgar
-